Une Vagabonde

Introduction à la vie bohème...
France

Un week-end en Dordogne

Retour rapide il y a quelques semaines. C’est un dimanche d’hiver, froid et pluvieux. J’ai envie d’un bon film « de fille », un truc qui me sortira de cette ambiance morose. Après quelques minutes à farfouiller sur Netflix, je me retrouve devant Ever After (À tout jamais, en français), la « véritable histoire de Cendrillon »,  version Drew Barrymore. Parfait. À la fin du film, Cendrillon et son prince sortent d’un magnifique chateau, à cheval, au galop vers cet avenir où « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants »…

Ce que je me suis dit à ce moment là n’avait rien à voir avec « awww… c’est mignon… » mais tout à voir avec « waou… c’est où ce chateau? » Il ne m’a fallu que quelques minutes, avec l’aide de mon ami Google, pour découvrir qu’il s’agissait du chateau de Hautefort, et quelques minutes supplémentaires pour calculer que ce n’était qu’à 4h30 de route de chez moi. Je vous laisse imaginer la suite…

Au pays des contes de fée

C’est donc sur le week-end de Pâques, que j’ai rallongé d’une journée en faisant l’école buissonnière le vendredi que je me suis échappée quelques jours dans ce pays de contes de fée. Littéralement, j’avais l’impression que de petits personnages en forme de lapins allaient sortir des jolies maisons en pierre le long des départementales du Périgord Noir.

J’ai eu la chance de tomber, à l’aller sur un co-voitureur local, et sur une hôtesse AirBnB charmante qui m’ont tous les deux aidé à faire un choix parmi les nombreuses activités possibles dans la région. J’ai rapidement tiré un trait sur les grottes de Lascaux et leur portée historique, pour me concentrer sur mes péchés mignons: les chateaux, les villages médiévaux, les jardins, et les truffes!

Cèpes, oronges, bolets, morilles, baissez pavillon devant sa majesté la Truffe.
~Auguste Chastenet

Pour ce qui est des truffes, le « diamant noir de la cuisine » selon Brillat-Savarin, je vous dit tout dans Dordogne: Le bonheur au bout de la fourchette, attardons-nous plutôt sur le reste, à commencer par l’objectif initial de mon voyage…

Le Château de Hautefort

La vision de ce château, perché sur le haut du village de Hautefort est digne d’un conte de fée. Le bâtiment, dont la visite permet une exploration libre de pièces magnifiquement préservées, a servi de décor à de nombreux films. Pour quelques euros de plus, j’ai fait la visite guidée « 50 ans de cinéma à Hautefort », qui est à la fois instructive, drôle, et engageante. Les parcs (jardins à la française et à l’anglaise) et les vues incroyables sur la Dordogne clôturent en beauté ce petit moment de délectation de la vie de château.
Retrouvez tous mes avis sur TripAdvisor

L’élégante silhouette du château de Hautefort se profile au somment d’un plateau qui domine les vallées de la Beuze et de la Lourde, deux affluents de l’Auvézère. Ce monument conserve une remarquable collection de mobiliers des 17ième et 18ième siècles. On y célèbre les quatre vertus cardinales que sont la Justice, la Tempérance, la Prudence et la Force.

Les photos sont malheureusement interdites à l’intérieur.

Visite libre, documentation traduite en plusieurs langues, et guidée sur réservation (20 personnes et plus)
Tarif adulte: 9,5 euros + 2 euros pour la visite « 50 ans de cinéma à Hautefort »

Les jardins de Marqueyssac

Il faut compter un minimum de deux heures pour profiter pleinement de la balade, surtout si vous décidez de vous faire quelques frayeurs sur la Via Ferrata (personnellement, j’ai passé mon tour). La partie sauvage des jardins, du côté du Belvédère et de la cabane du poète, est un oasis de verdure chatoyante, où l’on a juste envie de se poser sur un banc pour écouter les oiseaux. En ce tout début de saison c’est encore possible, et c’est merveilleux.
Retrouvez tous mes avis sur TripAdvisor

Le parc du château de Marqueyssac, site classé, est un domaine privé, né de l’histoire d’une famille remontant au XVIIe siècle. Après d’importants travaux de restauration, Marqueyssac a ouvert ses portes au public en mars 1997. C’est aujourd’hui le jardin le plus visité d’Aquitaine.

Aménagé sur un éperon rocheux, pour le plaisir de la promenade, le parc domine de ses hautes falaises calcaires la vallée de la Dordogne, classée site majeur d’Aquitaine.

Ouvert tous les jours, toute l’année
Tarif adulte: 9 euros

Sarlat-la-Canéda

La première chose que je me suis dite en arrivant à Sarlat c’est que cela ressemble étrangement à Budva ou Dubrovnik. Je ne serai pas choquée d’y voir quelqu’un jouer la musique de Game of Throne au violoncelle au détour d’une rue. Sarlat-la-Canéda, est une jolie ville médiévale parfaitement conservée. Même si le tourisme l’a un peu transformée en Disneyland, il semblerait que la profusion d’achalandage bas de gamme ait été contrôlée, ce qui permet de sentir battre l’âme de la ville en déambulant dans ses ruelles. N’hésitez pas à grimper un peu, les vues en valent la peine.
Retrouvez tous mes avis sur TripAdvisor

C’est avec un peu de tristesse que j’ai laissé derrière moi l’odeur des glycines et la magie du Périgord, en me promettant que j’allais bientôt revenir dans ce petit coin de paradis vert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *