Une Vagabonde

Introduction à la vie bohème...
Eilean Donan Castle
Europe

Eilean Donan: mais où se cache Connor MacLeod?

Pas à Eilean Donan Castle, c’est certain. Bon, ok, Connor MacLeod, et son charmant cousin Duncan, ne se cachent que sur nos écrans de cinéma et de télévision. Même si le château a bien servi de décor au premier Highlander, les clans fondateurs de cet ilot son bien les MacKenzie ou les MacRae. Pas de MacLeod à l’horizon. Sauf, parmi les écussons des grandes familles écossaises qui décorent la somptueuse salle de réception.

Derrière les murailles, l’histoire de l’Écosse

Eilean Donan - The Portcullis
Le Portcullis

Située au confluent de trois lochs: Loch Duich, Loch Long et Loch Alph, l’ancienne forteresse du 13ième siècle a traversé l’histoire tourmentée et sanguinaire de l’Écosse pour devenir, de nos jours, un véritable joyau touristique. De plus, son architecture, à la fois rude et solide, en fait un décor parfait pour les reconstitutions historiques dont est friande l’industrie cinématographique. Outre Highlander, de superbes scènes de Elizabeth, the Golden Age ou Prince Valiant ont été tournée à Eilean Donan.

Mais le lieu se targue aussi d’être souvent décrit comme le château « le plus romantique d’Écosse ». On note que dans sa filmographie se trouve aussi: Made of Honor… et qui dit Patrick Dempsey… bref, vous m’avez comprise. Pourtant, l’histoire d’Eilean Donan nous parle surtout de sièges, de batailles, de têtes coupées et autre réjouissances. Romantique à souhait, n’est-ce pas?

Bref, il faut ce qu’il faut lorsque l’on essaie aussi de se vendre comme lieu de réception pour des mariages!

Eilean Donan: to stop or not to stop?

C’est sur le chemin entre Applecross et Mallaig que nous avons aperçu le château dans le coin de notre rétroviseur. Deux d’entre-nous ont choisi de faire la visite. Les deux autres sont restées dans la cafétéria/salon de thé attenante. À £7,50 par personne, le château en vaut-il la visite?

Eilean Donan - Inner Courtyard

Il faut saluer le superbe travail de préservation dont a bénéficié le bâtiment. J’ai aussi beaucoup aimé la première partie qui retrace l’histoire du château avec ses personnages holographiques. Les pièces sont meublées et donne une bonne idée du style de vie au siècle dernier. Mais on reste un peu sur notre faim si l’on cherche à ressentir une atmosphère plus ancienne.

Je ne suis pas non plus une grande fan des scènes reconstituées, comme dans la cuisine et son poulet en plastique. Mais je suis convaincue que pour un jeune public, cela présente un intérêt certain.

Au final, Eilean Donan, fut une belle pause dans notre road-trip. Une occasion de se dégourdir les jambes est d’en apprendre plus sur la fâcheuse habitude des Écossais et des Anglais à s’entre-tuer. Pour Connor MacLeod, par contre, on repassera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *