Une Vagabonde

Introduction à la vie bohème...
Europe

Carte Postale | Palerme

Après un détour par Cefalù parce qu’il n’y a rien de tel que la plage pour se sentir en vacances, notre dernière journée à Palerme a été consacré a parcourir les rues de la ville en long, en large et en travers. Voir les dernières choses que l’on avait pas eu le temps, comme le marché Capo et la Chiesa dell’ Immacolata Concezione (un joyau à ne surtout pas manquer si vous visiter la ville, il vous en coûtera 1 euros, mais c’est 1 euro bien investit!) étaient au rang numéro 1 de la to-do list (eh oui, on ne se refait pas…) ainsi que, bien entendu, continuer a goûter tous les plaisirs gustatifs que Palerme a à offrir.

Art et Gastronomie

La plus grande surprise fût la visite du Teatro Massimo Vittorio Emanuele (litt. en français : « Grand Théâtre Victor-Emmanuel »), l’immense édifice que nous voyions depuis le balcon de notre B&B. Ouvert en 1891, c’est le troisième plus grand théâtre d’Europe, après ceux de Paris et de Vienne.

Détail intéressant, dans ce théatre, la loge royale est accessible à tous, au même prix qu’un fauteuil d’orchestre. Évidemment, vous pensez bien qu’il faut s’y prendre à l’avance. Mais, pour l’avoir visitée, ça doit être plutôt sympa de voir un opéra dans ces conditions.

Dans la loge royale du Teatro Massimo
Dans la loge royale du Teatro Massimo

La visite dure une vingtaine de minutes et coûte environ 12 euros (si mes souvenirs sont corrects). Nous l’avons faite en anglais et français. Les guides sont parfaitement bilingues et bien informés sur les petites histoires qui entourent le théâtre.

L’autre coup de projecteur que je voudrais faire dans cette carte postale, est sur un restaurant: Ferro di Cavallo, que nous avons trouvé par hasard à quelques rues de notre « maison ». Là-bas, pas de réservations possible. Une petite auberge qui ne paye pas de mine, dans le coin d’un immeuble. Je me demande encore pourquoi, elle a attiré notre attention. Bref. Sur les conseils du serveur que nous avons croisé pendant sa mise-en-place, nous sommes arrivées à 19h30 pétantes, pour l’ouverture. Il y avait déjà la moitié des tables de prises, mais nous avons pu être installées et servies assez rapidement.

Pasta à Ferro di Cavallo

Ce ne fut pas la même histoire pour les dizaines et dizaines d’autres groupes qui ont suivi… La file d’attente pour avoir une table allait presque jusqu’au bout de la rue.

Il faut dire que la carte est alléchante, les prix incroyablement attractifs, et les mets succulents. Je devrais peut-être d’ailleurs éviter de leur faire encore plus de publicité…

Au final, j’ai beaucoup aimé Palerme, et c’est une ville que j’ajoute à la liste de mon projet « Une Semaine, Une Ville » (je vous en dit plus là-dessus très bientôt).

Souvenir rapporté: un collier en perle, cuir et métal réalisé par une artisane locale et découvert durant notre session shopping.