Une Vagabonde

Introduction à la vie bohème...
Europe

Carte Postale | Cefalù

Le road-trip estival de 2015 a démarré à Palerme. Là-bas, Kristie et moi avons retrouvé Esther qui était de passage, en famille. Après une première journée à parcourir les rues de la ville et une soirée improvisée sur un yacht, nous avons décidé de prendre le large, direction le bord de mer, pour vraiment commencer à sentir l’atmosphère des vacances. Destination Cefalù.

Clive's yacht

Sea, snakes & sun

Non, non, rassurez-vous, pas de serpents ailleurs que dans mon imagination débordante et ma phobie incontrôlable. J’explique.

Cefalù se situe à environ une heure de train de Palerme. Pas très compliqué de trouver les billets et le bon quai de gare (sauf pour le couple de français qui partageait notre compartiment…) Une fois sur place, l’air de la mer se fait sentir dès la descente du train et les cinq minutes de marche qui séparent de la plage sont des plus faciles.

Immediatement l’endroit me rappelle le sud de la France avec sa longue promenade qui longe le bord de mer et qui emmène jusqu’à la vieille ville. Vanity Fair a listé Cefalù parmi les 10 plus beaux endroits à visiter en Italie, et je dois avouer que je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus pittoresque. Ok, le village est ancien et joli, mais il n’a rien à envier à Saint-Rémi-de-Provence ou Roquebrune-Cap-Martin.

image

Après une balade dans les rues ombragées de la ville et un déjeuner léger sous une tonnelle de vigne, Kristie a choisi d’aller lézarder au soleil sur l’une des nombreuses plages privées tandis que je m’attaquais à mon challenge de la journée: La Rocca.

Sur l’immense rocher qui surplombe Cefalù se nichent de nombreuses ruines et les restes désaffectés d’une citadelle. Une balade dans une garrigue aride et escarpée d’une bonne heure et demi. Heure et demi durant laquelle la musique qui hurlait de mon téléphone ne suffisait pas à calmer mes nerfs. Le type de végétation était bien trop propice à me retrouver face à face avec mon ennemi mortel: le serpent. Heureusement, j’ai réussi à me greffer à quelques autres groupes de touristes courageux qui arpentaient les mêmes sentiers, et ils m’ont aidé à rester calme et à continuer à grimper.

image

De retour dans le village, le granita à la pastèque était un rafraîchissement bien mérité, de même que l’Aperol Spritz et le coucher de soleil qui ont conclus cette journée hors-les-murs.

coucher de soleil

1 Comment

  1. Ping : Carte Postale | Palerme | Une Vagabonde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.