Une Vagabonde

Introduction à la vie bohème...
France

En balade à Paris: conseils pour débutants

S’il y a une chose que j’aime plus que tout, c’est lorsque des rendez-vous clients me conduisent en dehors de Lyon et que je n’ai pas besoin de rentrer immédiatement. Comme souvent, cette fois-ci, je suis partie en balade à Paris. Deux choses m’ont retenues à la capitale: le Verre du Voyageur, organisé par Bruno de Votre Tour du Monde, auquel j’avais envie de participer depuis un certains temps, et l’expo du centenaire de la mort de Rodin, au Grand Palais.

Mais, comme toujours, ce qui me plait le plus lors de ces balades parisiennes, c’est de me perdre dans cette ville si belle et de me laisser emporter par le tourbillon, le nez en l’air, de la musique dans les oreilles. Cette escapade là n’a donc pas échappée à la règle.

Mes conseils pour profiter à fond d’une balade à Paris

Pour moi, il y a trois éléments clés pour vraiment profiter d’une balade à Paris: localisation, agenda et distance. Elle sont toutes les trois interdépendantes. Et lorsqu’elles s’imbriquent, c’est l’équation parfaite.

Localisation: trouver le bon hôtel

J’essaie, généralement, de me positionner de manière centrale. Je suis particulièrement fan du quartier Saint Georges. Malheureusement, cette fois-ci, aucune chambre n’était disponible dans mon hôtel favori: Les Trois Poussins. Du coup, je me suis rabattue sur le quartier « Cité Bergère », une petite allée d’hôtels, qui peut surprendre au départ et qui se trouve être très agréable car isolante de la vie nocturne.

Balade à Paris - Hotel Aston
Chambre à l’hôtel Aston

L’hôtel Aston, un petit trois étoiles, était propre et le staff sympathique. Le lit était très confortable. Et si la baignoire n’était plus toute jeune, cela ne m’a pas empêché d’y prendre une douche bien relaxante. Pour une nuit, c’était parfait. Peut-être juste un peu cher pour la prestation.

Agenda: trouver l’équilibre des activités

Très souvent, l’erreur du débutant c’est de vouloir trop en faire. En effet, on se dit qu’on a peu de temps. Donc, qu’il faut maximiser les activités. Faux. Flâner dans les rues parisiennes est une activité à part entière qui vous donnera beaucoup plus de satisfaction que vous ne l’imaginiez.

Cette fois-ci, j’avais deux « activités » au planning: le Verre du voyageur, au Generator Hostel jeudi soir, et la visite des expos Rodin et Jardins, au Grand Palais vendredi matin. Depuis mon hôtel, environ 30 minutes pour me rendre à chacune d’entre-elles.

Verre du voyageur
Generator Hostel – Verre du voyageur

Le Generator Hostel est en endroit sympa et hip. Un peu trop excentré pour moi. Un peu trop moderne aussi. Mais j’avoue que le rooftop a une vue sur Montmartre à tomber! Après avoir louvoyé, attendu, et en avoir profité pour faire des connaissances, le sésame s’est ouvert et m’a laissée bouche-bée. Une réaction plutôt générale si l’on en juge par la foule de personnes qui essayaient de prendre en photo le coucher de soleil. Mon résultat n’est pas au top, mais derrière une vitre avec un iPhone, en poussant du coude à droite et à gauche, je n’ai pas pu faire mieux.

Mention spéciale à Émilie et Coralie, mes copines de file d’attente. Je leur souhaite de belles aventures respectivement en Irlande et en Australie. J’ai hâte d’en voir les images.

Côté expos

Deux expos… c’était une erreur. Je ne referai pas. J’ai eu l’impression de ne pas pouvoir en profiter à leur juste valeur. J’avais prévu deux heures, en me disant que ça allait être amplement suffisant. Mais non, j’ai du accélérer Rodin pour avoir le temps de faire Jardins. Les deux m’intéressaient, les deux me faisaient envie. Elles ne m’ont pas touchées de la même manière.

Le baiser Rodin
Le baiser – Auguste Rodin

De Rodin, je retiens beaucoup de sensualité. Et un éclairage intéressant sur sa technique de ré-utilisation de ses oeuvres.

« Le corps est un moulage ou s’expriment les passions. »
~Auguste Rodin

Nombreux furent les moulages et nombreuses furent les passions.

De Jardins, je retiens un peu de frustration. Il me semble qu’il y avait tellement plus à faire avec ce thème. Mais kudos quand même pour l’intégration des oeuvres cinématographiques. Elles sont souvent oubliées.

Distance: trouver ses limites

Je ne prends les transports en commun que lorsque j’ai une heure de rendez-vous précise et immuable. Bon, ok, ou s’il tombe des cordes… Donc, je marche. En moyenne 30 minutes semble être la bonne distance pour moi. En effet, c’est suffisamment court pour être facilement réalisable. Mais suffisamment long pour avoir le temps de lever le nez et de (re)découvrir la ville. Car, soyons honnêtes, c’est ça une ville. Une ville ce sont des rues, des gens, des voitures, des directions, des sons, des odeurs. Une ville c’est une architecture qui change d’un boulevard à l’autre. Une atmosphère qui s’impose au détour d’un coin de rue.

Obelisque Concorde
Place de la Concorde

J’ai particulièrement aimé les terrasses de café animées en route vers le canal Saint Martin. J’ai aussi aimé les odeurs des boulangeries au petit matin. Mais un peu moins les poubelles, qui, à n’importe quelle heure, sont présentes sur les trottoirs. Elles ont tendance à transformer cette balade à Paris en parcours du combattant.

Au plaisir de retrouver cette ville incroyable lors d’un prochain déplacement. Et d’en profiter, une fois encore, pour faire l’école buissonnière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *