Une Vagabonde

Introduction à la vie bohème...
France

Au coeur des pierres dorées | Oingt, Beaujolais

Nous avions traversé rapidement la région des Pierres Dorées lors de notre escapade à Cluny, et nous étions promises de très vite y revenir. C’est chose faite, en ce dimanche de Mars qui donnait des envies de printemps.

Nous voici en route pour Oingt, petit village perché sur les collines du Beaujolais. La route est facile. On sort rapidement de l’autoroute au nord de Lyon et on plonge petit à petit dans la campagne. Oingt a prêté son nom à de nombreux autres villages plus ou moins connus comme Le Bois d’Oingt, un bourg plus que paisible un dimanche après-midi. Il ne faut juste pas se tromper et bien continuer jusqu’à apercevoir les premiers bâtiments qui surplombent la route.

Une fois garées, un peu en dehors du village, dans un parking que l’on peut imaginer plein à craquer un week-end d’été, il est temps de chercher un endroit pour se restaurer. Nous avions prévu, et validé que le Vielle Auberge était ouverte toute la journée. Ce que nous n’avions pas prévu c’est que nous n’étions pas les seules à avoir faim à 13h30 un dimanche.

« Désolée mesdemoiselles, c’est complet! Et bonne chance pour trouver quelque chose un dimanche à Oingt, sans réservation. C’est un peu Mission Impossible! » Nous dit (pas très) aimablement la tenancière de l’auberge.

Mission Impossible? #ChallengeAccepted.

Où manger à Oingt

Certainement pas à La Vieille Auberge, mais bien Chez Marguerite!

Parce que Chez Marguerite, c’est là où il fait bon manger, nous dit la petite carte… mais apparemment aussi boire un coup, écouter de la musique, voir des expos… Et le tout avec un accueil plein de gentillesse et de bonne humeur, même si (outrage pour certains) nous n’avions pas réservé.

Bon, c’est vrai que cuisine de saison oblige, à 13h30, il manquait quelques plats au menu. Mais on s’est régalées de notre Brandade de Morue, et le fromage blanc à la crème qui a suivi a terminé de me convaincre que oui, manger à Oingt, c’est Chez Marguerite.

Petite balade digestive dans le village. C’est rapide. Le village est minuscule. Mais le nom des rues vaut vraiment le détour. Ça ne vous plairait pas vous, de vivre dans la rue « Traine Cul » ou dans la rue « Coupe Jarret »? On ne peut qu’imaginer ce qu’il s’est passé pour que ces rues soient baptisées de la sorte.

Ce village est aussi une aubaine pour qui aime l’artisanat d’art. Beaucoup de boutiques de créateurs dont on se doute qu’ils puissent être inspirés à vivre dans un tel décor.

Maison en pierre dorée après maison en pierre dorée, il nous manquait juste un tout petit peu de soleil pour que la journée soit parfaite.

Sur le chemin du retour, j’ai repéré du coin de l’oeil un autre village de conte de fée perché sur une colline. Probablement l’occasion de retourner visiter cette belle région du Beaujolais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *