Une Vagabonde

Introduction à la vie bohème...
Fort de Vaise
#EnFranceAussi

Arêtes de poisson: six pieds sous la Croix-Rousse

J’ai emprunté à l’une des visites-phare de mes amis de Cybèle pour répondre à l’appel de Jus Diego, auteur (entre autres) du blog TuParisCombien, et initiatrice du thème de Mars du rendez-vous #EnFranceAussi: La France Underground. En bonne lyonnaise, j’aurais pu vous parler de traboules. Mais j’ai eu envie d’aller un peu plus loin ce mois-ci et de vous initier à un mystère local: les arêtes de poisson.

En Août 2016, Le Monde titrait Lyon s’étrangle autour des « arêtes de poisson »! Et même si les lyonnais s’auto-octroient le titre glorieux de capitale gastronomique, ici, ce n’est pas de ripaille qu’il s’agit, mais bien d’un mystérieux réseau de galeries souterraines.

Un mystère bien enterré

Entrée Fort de Vaise
Fort de Vaise

Vous m’entendrez souvent dire que pour vraiment connaître Lyon (et les lyonnais), il faut savoir pousser les portes. Ici, les traboules, ce système de passages cachés dans les cours d’immeubles, nous ont habituées à ce petit effort supplémentaire qui présage souvent l’émerveillement. Mais, les histoires de traboules n’ont qu’à bien se tenir quand on commence à murmurer les mots « arêtes de poisson ». Alors, pourquoi tant de mystère autour de ces galeries souterraines? C’est bien ça la question. Personne ne le sait vraiment.

En 1989, la ville de Lyon a interdit leur accès au public. Depuis, le mystère plane. L’OCRA (Organisation pour la Connaissance et la Restauration d’Au-dessous-terre) s’intéresse à la question et organise des visites dans les galeries du Fort de Vaise qui donnent déjà des impressions d’interdit. Mais on est encore loin du compte.

Crédit photo: Cybèle

Tunnels pour accéder à la citadelle royale, entrepôt de stockage du trésor des Templiers, de nombreuses hypothèses ont été envisagées quand à la raison d’être de ce réseau de galerie qui s’étend entre le Rhône et la rue Magneval.

Quand vous entrez dans les souterrains, vous vous sentez dans les arcanes de l’histoire. Ce sont plus que de simples galeries, ce sont de véritables pyramides souterraines. A mon sens, on a là la huitième merveille du monde.

Après avoir passé dix ans à explorer et étudier ce mystère, Walid Nazim, en a tiré un ouvrage, sobrement titré: L’énigme des arêtes de Poisson. La mission d’une vie. Une théorie. Pas de certitude.

Découvertes en 1959, on y trouve des ossements qui laissent à penser qu’il s’agit là de catacombes. La datation au Carbone 14 place leur construction dans l’Antiquité, pourtant leur technique de construction n’était pas courante à l’époque. Les indices se multiplient, se contredisent, au final, on sait plein de choses mais on ne sait rien. Et le fait que la ville veille jalousement sur ce secret lyonnais, ne fait qu’enflammer les imaginations et les sombres théories de complot.

Alors, les arêtes de poisson: comment? Pourquoi? Par qui? Autant de questions qui restent sans réponses et qui mériteraient peut-être un nouvel opus d’Indiana Jones.

Cet article participe au rendez-vous inter-blogueurs En France Aussi, créé par Sylvie du blog Le coin des voyageurs. Vous pouvez également retrouver les articles des autres blogueurs sur la page Facebook du groupe. Bonne lecture!

12 Comment

  1. Je n’en avais jamais entendu parler, mais ça donne envie de les découvrir pour se creuser les méninges et inventer une nouvelle hypothèse (farfelue).

  2. Eh bien, quel mystère ! Pourquoi les visites ont-elles été interdites ? Il y avait des risques ? C’est curieux que la ville n’ait pas eu envie de maintenir les visites pour attirer du monde… Ce genre de choses plait en général… En attendant le mystère reste donc entier, pour l’instant ou pour l’éternité… ??? Merci pour cette découverte très sympa !

    1. Tes questions sont celles que beaucoup d’entre-nous se posent… mais elles resteront sans réponse pendant quelques temps encore. Je serais très curieuse de voir quelqu’un percer ce mystère…

    1. Avec plaisir… Il semblerait que le mystère s’épaississe d’ailleurs, ils viennent de trouver une nouvelle série de galeries en faisant des travaux dans un parc à deux pas de chez moi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *